des films

 LA MAGIE DES HAIES    de Sébastien Bradu et Marie-Odile Laulanie 

 

Un documentaire qui parle des haies, de la biodiversité, de l’agroforesterie, des bois raméaux fragmentés et de l’intérêt agro-économique de l’arbre hors forêt.; Les haies ont une importance capitale dans le paysage : biodiversité, protection des cultures, des animaux, des nappes phréatiques, et également le bois de chauffage issu de leur entretien et plus récemment découvert : le bois fertile (BRF). Une vingtaine d’intervenants racontent leur expérience : agriculteurs, éleveurs, scientifiques, vignerons, boulangers, …..   réalisation  2010

SMALL IS BEAUTIFUL   d’Agnès Fouilleux  –  2010

 

 Le bon sens paysan qui faisait l’agronomie d’hier a peu à peu, depuis plus de cinquante ans, été remplacé par des logiques marchandes, qu’une poignée d’entreprises multinationales a réussi à imposer en prenant le pouvoir jusqu’au plus haut niveau. Les petites fermes polyvalentes et autonomes des paysans d’hier ont laissé la place à d’immenses « exploitations » qui portent bien leur nom… Pourquoi, comment et au profit de qui la production agricole s’est-elle industrialisée au point de désertifier les campagnes, d’empoisonner l’eau et les sols, de stériliser les paysages, de confisquer les semences et d’affamer des millions de paysans dans le monde ? Le film d’Agnès Fouilleux nous révèle pas à pas les mécanismes et les enjeux de la mondialisation et de la financiarisation de l’agriculture, face auxquels des résistances commencent à apparaître.

LE MONDE SELON MONSANTO   de Marie-Monique Robin

 

 Après une enquête implacable de trois ans menée en Amérique du nord et du sud, en Europe et en Asie, ce film nous révèle le projet hégémonique de Monsanto, menaçant la sécurité alimentaire du monde mais aussi l’équilibre écologique de la planète. « LE MONDE SELON MONSANTO » mène l’enquête sur la multinationale américaine « Monsanto », leader mondial des biotechnologies et l’une des entreprises les plus controversées de l’ère industrielle. 90% des organismes génétiquement modifiés (OGM) cultivés aujourd’hui sur la planète, tels que le soja, le colza, le maïs, le coton…, lui appartiennent et à terme c’est la chaîne alimentaire toute entière qu’elle est à même de contrôler. Les OGM de Monsanto ont envahi le monde entier et pourtant jamais une application agro-industrielle n’a suscité autant de passions et de polémiques. Pourquoi ? Quels sont les enjeux des OGM ? Risques ou bienfaits pour l’humanité ?En s’appuyant sur des documents inédits et sur les témoignages de scientifiques, de représentants de la société civile, de victimes, d’avocats, d’hommes politiques, de représentants de la Food and Drug Administration américaine… ; en menant des enquêtes de terrain parmi les paysans en Inde, au Mexique, au Paraguay, la réalisatrice Marie-Monique Robin – lauréate du prestigieux prix Albert Londres -, a patiemment rassemblé les pièces d’un vaste puzzle économique. Ce film reconstitue la genèse d’un empire industriel devenu l’un des premiers semenciers de la planète. Il montre comment, derrière l’image de société propre et verte que décrivent les campagnes publicitaires, se cache un projet hégémonique menaçant la sécurité alimentaire du monde mais aussi l’équilibre écologique de la planète.

LET’S MAKE MONEY   d’Erwin Wagenhofer – 2008

 

  Après We Feed the World, documentaire évènement sur notre alimentation, le réalisateur Erwin Wagenhofer revient avec Let’s Make Money. Le film suit notre argent à la trace dans le système financier mondial. Ce documentaire impressionnant est le tout premier film à démonter les bases du système libéral et ses conséquences humaines, démographiques et écologiques.

SOLUTIONS LOCALES POUR UN DESORDRE GLOBAL   de Coline Serreau – 2010

 

« Les films d’alertes et catastrophistes ont été tournés, ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives. » 

 CULTIVONS LA TERRE   d’Honorine Périno – 2008

 

Pour une agriculture innovante, durable et sans OGM  qui explicite très clairement les enjeux de l’agriculture contemporaine, coincée entre course aux rendements et volonté de produire  mieux… il s’agit non pas de revenir à l’agriculture de nos grands-parents, mais, à l’aide d’une recherche publique renforcée, d’améliorer ces pratiques : lutte biologique, sélection participative, analyse micro-biologique des sols, etc……L’autre dimension que ce film veut mettre en exergue est la recherche de l’autonomie

MONDOVINO    de Jonathan Nossiter  –  2003

 

 Sur trois continents, Mondovino met en scène les sagas de succession de tout-puissants milliardaires de Napa, Californie, les rivalités de deux dynasties aristocrates florentines, et les conflits de trois générations d’une famille bourguignonne se battant pour conserver ses quelques hectares de vigne. Mais toutes ces luttes ne sont-elles pas secondaires à ce corsaire espiègle de Bordeaux portant allègrement la bonne parole de la modernité de l’Italie à l’Argentine en passant par New York ?
Le vin a été un symbole de la civilisation occidentale pendant des millénaires. Jamais le combat pour son âme n’a été aussi féroce. Il n’y a jamais eu tant d’argent et de gloire en jeu.
Mais l’ordre de bataille n’est pas celui auquel on s’attend : locaux contre multinationale, simples paysans contre capitaines d’industrie. Dans le monde du vin, les suspects habituels ne sont jamais où on les attend.

HERBE   de Matthieu Levain et Olivier Porte – 2008

 Les deux visages du monde agricole  Au coeur de la Bretagne paysanne, deux visions du métier d’éleveur laitier se confrontent. Alors que des Hommes se sont engagés depuis plusieurs années dans une agriculture autonome, durable et performante, le courant majoritaire de la profession reste inscrit dans un modèle de production industriel, fortement dépendant des groupes agricoles et agro-alimentaires…

SEVERN   de Jean-Paul JAUD – 2009

Severn Cullis-Suzuki prend la parole à l’âge de douze ans sur l’environnement et le développement durable à la conférence des Nations Unies de Rio de Janeiro en juin 1992

En 1992, au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, Severn Cullis-Suzuki, une enfant de 12 ans interpellait les dirigeants du monde entier sur la situation humanitaire et écologique de la planète. En 2009, Severn est une jeune femme de 29 ans qui s’apprête à donner naissance à son premier enfant. Ce long-métrage documentaire propose une mise en regard du discours de Severn en 1992 avec la vision qu’elle porte sur le monde en 2009. Que s’est-il passé depuis 18 ans ? Quels sont les engagements environnementaux qui ont été tenus ? A quelles urgences et nouveaux défis le monde doit-il faire face ? – Pour faire écho aux interpellations de Severn et pour répondre de manière résolument optimiste aux désillusions qu’elle pointe, le film prend le parti de mettre en lumière des initiatives positives, menées aux quatre coins de la planète par des personnes remarquables. Ce documentaire ramène chacun d’entre nous à une question universelle et essentielle : quel monde laisserons-nous aux générations futures ?

 

 LA DOUBLE FACE DE LA MONNAIE   

 de Vincent Gaillard et Jérôme Polidor- 2006

Ce film propose de démystifier l’argent et de reconsidérer notre perceptionde la richesse. Il donne la parole à des hommes et des femmes qui n’ont pas la visibilité médiatique de leurs homologues libéraux: le philosophe Patrick Viveret, les économistes Bernard Lietaer et Dominique Plihon, la sociologue Héloïsa Primavera, l’inventeur des SEL Michael Linton… Et il interroge les utopies concrètes que sont les monnaies complémentaires et les systèmes d’échange locaux.

 NOIR COTON    de Julien Després et Jérôme Polidor – 2009

Noir coton est un voyage dans la région cotonnière du Burkina Faso. Au gré des rencontres avec paysans, agronomes, syndicalistes, représentants du monde agricole, le film expose les enjeux d’une agriculture axée sur l’exportation et l’articulation avec la souveraineté alimentaire du pays. Privatisation, OGM, culture bio, agroécologie, relocalisation de la production industrielle, indépendance alimentaire…

 EAU : SERVICE PUBLIC À VENDRE     

de Leslie Franke et Hermann Lorenz – 2005

L’eau, ressource vitale et bien commun de l’Humanité. Mais aussi marchandise pour les deux ou trois grandes firmes multinationales qui ont pris des positions clés sur le marché de sa distribution et de son traitement. À travers l’Europe, un même constat : des milliers d’emplois supprimés, des investissements en baisse, des prix à la hausse et des profits qui explosent. Et une question qui s’impose : la recherche du profit se fait-elle au détriment de la qualité de l’eau ?

 LE BIEN COMMUN : L’ASSAUT FINAL     de Carole Poliquin – 2002

L’eau, la santé, les gènes humains et végétaux, les connaissances anciennes et nouvelles, plus rien aujourd’hui ne semble vouloir échapper au destin de marchandise. Face à la voracité des marchands, qu’adviendra-t-il de la notion de bien commun qui est à la base de toute vie en société ? – Différentes histoires, tournées au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en France, au Brésil, en Inde, et racontées à la manière de la Genèse, témoignent des conséquences de la soumission du monde aux intérêts privés.

 LE BUSINESS DES FLEURS     de Jean-Michel Rodrigo – 2003

Une rose coupée dans les Andes arrive à Rungis avec juste quelques heures de retard sur ses consoeurs françaises. Avion contre camion… La course se poursuit sur la plupart des marchés qui fonctionnent désormais comme les Bourses de café ou de coton. La mondialisation bat son plein et la filière évolue au rythme d’une concurrence qui se joue plus dans la rapidité des échanges que dans la qualité des produits.

LA DIGUE     de Frédéric Touchard – 2006

La digue du Braek borde une très belle plage qui, malgré la dangerosité du lieu (13 usines SEVESO la jouxtent) est très fréquentée par la population environnante. Faut-il interdire la digue du Braek, pour des raisons de sécurité et de sûreté, ou doit-elle rester ouverte au public, puisque tel est l’usage ? Depuis la digue, et autour, le monde tel qu’il se crée, se fabrique, s’imagine, s’organise, se surveille, se projette…

 LES DISSIMULATEURS : RÉVÉLATIONS SUR LES CIRCUITS DE L’ARGENT  INVISIBLE  

de Denis Robert et Pascal Lorent –  2001

Depuis 1971, le Luxembourg abrite Clearstream, un organisme destiné à faciliter les transactions internationales entre banques. Mais le secret bancaire dissimule des activités inavouables : Clearstream contribue au blanchiment d’argent sale et au financement de réseaux terroristes. Cette investigation au coeur d’un système, véritable brûlot qui fut censuré mais provoqua l’ouverture d’une enquête, a été réalisée grâce au concours d’Ernest Backes, un “insider”.

 ALERTE À BABYLONE    de Jean Druon  – 2005

Le développement de la société moderne ne se fait pas sans que, chaque jour, de nouveaux dangers qui menacent les êtres vivants soient identifiés. En documentant une série de problématiques actuelles, “Alerte à Babylone” nous permet de constater qu’un des principaux obstacles réside sans doute dans le fait que la croissance économique, trop rapidement associée au progrès social, s’appuie sur le développement technologique sans le mettre en question.

 L’ASSIETTE SALE, DES OMI AUX AMAP     de Denys Piningre –  2007

Un film pour fustiger les pratiques de l’agriculture intensive dans les Bouches-du-Rhône (et audelà…),dénoncer l’exploitation des saisonniers qui en sont la cheville ouvrière, montrer la mainmise des centrales d’achat de la grande distribution sur les prix et le formatage de nos fruits et légumes, et… heureusement aussi, donner un coup de projecteur sur l’alternative à ce système suicidaire, système qui n’est autre que la conséquence de la politique libre-échangiste dominante.

 LES FAGOR ET LES BRANDT    d’Anne Argouse et Hugues Peyret – 2007

Au Pays basque, un système original de coopérative permet aux ouvriers de participer aux décisions managériales et d’étaler les risques entre les activités qui marchent et celles qui sont en difficulté. Mais quand ils reprennent une entreprise française comme Brandt, la tradition syndicale ne fait pas très bon ménage avec le système coopératif. «Manger ou être mangé», telle pourrait être la morale de l’histoire des Fagor et des Brandt.

 FEMMES PRÉCAIRES    de Marcel Trillat  –  2005

Plus de trois millions quatre cent mille salariés français travaillent à temps partiel et gagnent moins que le SMIC. Leur nombre est en augmentation constante et huit sur dix sont des femmes. Après 300 jours de colère et Les Prolos, Marcel Trillat clôt avec Femmes précaires sa trilogie consacrée au monde du travail et à sa face cachée, en allant à la rencontre de cinq femmes écorchées vives par la vie, mais qui, par dignité et amour pour leurs enfants, essaient à tout prix de résister à la misère.

 FERNAND PELLOUTIER    de Patrice Spadoni  –  2002

À la fin du XIXe siècle, Fernand Pelloutier, fut l’un des principaux artisans d’une expérience hors du commun, celle des Bourses du Travail, à la fois espaces de contre-pouvoir “préfigurant une autre société”, bureaux de placement, foyers d’action culturelle et de formation professionnelle, et lieux de solidarité concrète entre les salariés et les chômeurs. Ce portrait d’un individu singulier nous plonge dans un siècle finissant, où le monde du travail invente de nouvelles utopies, ce qui pourrait bien inspirer les débats d’aujourd’hui… 

  FILS DE LIPS    de Thomas Faverjon – 2008

Thomas Faverjon est né à Besançon et se souvient que ses parents – tous deux employés de l’usine Lip – ont participé, jusqu’à sa liquidation, à la lutte pour leur usine et leur emploi. Près de trente ans après la fin du conflit, il tente de faire le bilan de cette expérience avec ses parents et d’autres anciens Lip. Il s’agit, dans ce retour, de confronter ses souvenirs d’enfant aux analyses des anciens.Très vite, il se heurte au mutisme de son père et à la fuite de sa mère…

 HOMO TOXICUS    de Carole Poliquin – 2008

Chaque jour, des tonnes de substances toxiques sont libérées dans l’environnement sans que nous en connaissions les effets à long terme pour les êtres vivants. Certaines d’entre elles s’infiltrent à notre insu dans nos corps et dans celui de nos enfants. Dans une enquête inédite, menée avec rigueur et humour à partir de ses propres analyses de sang, la réalisatrice explore les liens entre ces substances toxiques et l’augmentation de certains problèmes de santé comme les cancers, les problèmes de fertilité et l’hyperactivité. Les conclusions sont troublantes…

 HÔPITAL AU BORD DE LA CRISE DE NERFS    de Stéphane Mercurio –  2003

Depuis 30 ans, pour réduire les coûts de la santé, les pouvoirs publics ont limité le nombre de médecins, d’infirmières ainsi que les moyens financiers. À l’hôpital de Gonesse dans le Val d’Oise, une cinquantaine de lits sont fermés faute de personnel. Ces fermetures de lits, récurrentes depuis des mois, désorganisent tout l’hôpital. De scènes en scènes, le film nous plonge dans l’univers souvent absurde et même cocasse dans lequel se débattent les acteurs de l’hôpital – soignants, administratifs – pour que “ça fonctionne” envers et contre tout.

MAGES DU DAL   de Michael Hoare – 2003

Le mal-logement et les sans-logis sont, dans les grands villes de l’Occident, des symptômes forts des inégalités et des injustices grandissantes de nos sociétés. En combinant action illégale et spectaculaire avec un rapport actif aux médias, à l’image et aux opinions publiques, Droit Au Logement a contribué à inventer un nouveau mode d’intervention politique dont l’évolution nous est racontée par celles et ceux qui en ont tourné des images.

 LBO : LES INSOUMIS    d’Olivier Minh –  2007

Le rachat-vente de sociétés (LBO) est une technique très en vogue aujourd’hui pour les fonds d’investissements qui disposent de moyens considérables. L’obligation de rentabilité extrême qui est imposée à ces sociétés rachetées rend les conditions de travail insoutenables pour leurs salariés. Face à l’immense puissance de la finance internationale, le combat semble perdu d’avance pourtant la mobilisation des salariés victimes de LBO semble gagner du terrain.

 LOBBYING : AU-DELÀ DE L’ENVELOPPE    de Myriam Tonelotto –  2003

Corruption, malversations, pots-de-vin : depuis quelques années “les affaires” semblent se multiplier. Indépendance accrue des juges ? de la presse ? Transparence grandissante du monde politique ? Le film propose une toute autre réponse : la “publicité” faite à quelques cas de corruption fait diversion à l’avènement d’un système autrement pernicieux : le lobbying. Entre témoignages informés et séquences d’animation ciselées, il dénonce une réalité méconnue : si la corruption pénalise le contribuable, le lobbying, lui, enterre le citoyen.

 ON N’EST PAS DES STEAKS HACHÉS      d’Alima Arouali et Anne Galland – 2002

Il était une fois, l’hiver 2001-2002 à Paris, au Mc Donald’s du Faubourg Saint-Denis…Pendant 115 jours, les 40 jeunes employés du McDo, pour la plupart petits Beurs et Blacks de banlieue, vont tenir tête au géant de la restauration rapide, jusqu’à la victoire ! Avec l’aide des nombreux militants de leur Comité de Soutien, ils découvrent le droit du travail et la lutte syndicale. “Ça se passera plus comme ça chez Mc Donald’s !”

 OUVRIÈRES DU MONDE    de Marie-France Collard – 2000

Derrière le “nouvel évangile” de la compétitivité se cachent des vies singulières : celles d’ouvriers, d’ouvrières qui, dans les pays du Nord comme au Sud, en font l’expérience directe. En Belgique et en France, Rosa et Marie-Thérèse vivent leurs derniers mois de travail dans les usines Levi’s. Leur histoire se conjugue à celle de Yanti et d’ouvrières anonymes du textile pour qui, en Turquie, en Indonésie, aux Philippines, le seul horizon est représenté par 10, 12 ou 14 heures de travail par jour pour un salaire dérisoire.

  PAYSAN ET REBELLE, UN PORTAIT DE BERNARD LAMBERT    de Christian Rouaud – 2002

En retraçant la vie de Bernard Lambert, paysan de Loire Atlantique, député à 27 ans puis figure mythique des luttes paysannes dans l’Ouest au cours des années 1970, fondateur du mouvement des  « Paysans travailleurs » et père spirituel de José Bové, “Paysan et rebelle” remonte aux sources de la contestation paysanne d’aujourd’hui et parcourt un demi-siècle d’évolution de l’agriculture en France.

 POSTE RESTANTE    de Christian Tran – 2005

À travers la restructuration du service postal en Ardèche, c’est une réflexion plus large sur le pouvoir politique, économique et citoyen que propose ce film. Henri-Paul, receveur à La Poste, nous entraîne à la rencontre des maires et des collectifs d’usagers qui s’opposent à une logique de rentabilité et mettent en oeuvre des actions pour conserver un service postal maximal sur leur territoire.

 LES PROLOS     de Marcel Trillat – 2002

Ils semblent avoir disparu. Lorsqu’on entend encore parler d’eux, c’est à l’occasion d’une fermeture d’usine. Ils sont pourtant près de 6 millions à produire la totalité des objets simples ou élaborés qui constituent notre univers quotidien. Le film va d’une région à l’autre, d’une industrie à l’autre, avec des haltes dans des entreprises très diverses, plus ou moins modernes et importantes, parfois conviviales, parfois conflictuelles, et décrit la France contemporaine des ouvriers, ces “prolos” qui existent dans leur diversité, leur solitude et leur combativité.

POUR QUELQUES GRAINS D’OR     de David Briffaud et Fabien Mazzocco –  2009

La France produit et exporte du maïs. En été, cette culture consomme jusqu’à 80% des réserves d’eau et assèche les rivières. Les réserves de substitution qui prélèvent l’eau l’hiver sont-elles une solution ? N’y a-t-il pas d’alternative à cette culture et à cette agriculture intensive ? À travers le portrait de deux agriculteurs, ce film pose le problème de la politique agricole du «tout maïs» et de ses conséquences économiques et écologiques.

 QUELQUES CHOSES DE NOTRE HISTOIRE     de Jean Druon – 1998

Au travers de la libéralisation des télécommunications, Jean Druon met en image l’installation progressive du néolibéralisme comme système économique mondial et analyse le discours qui se présente souvent comme l’ordre naturel des choses. Mené à la façon d’une quête personnelle, éclairé par les Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale de Simone Weil, le film s’attache à montrer en quoi le néolibéralisme n’est que l’incarnation contemporaine de la logique historique de la domination.

 SILENCE DANS LA VALLÉE     de Marcel Trillat – 2007

Octobre 2006. La dernière grande forge de Nouzonville (Ardennes) est liquidée après avoir été pillée par ses repreneurs américains. Il y a 30 ans à peine, une quarantaine d’entreprises fonctionnaient ici à plein régime. Ouvriers fiers de leur savoir-faire, ingénieurs au talent créatif, dynasties patronales autoritaires mais attachées à leurs usines et à leurs salariés, Marcel Trillat filme tous les acteurs d’un univers anéanti par l’ouragan de la mondialisation.

 SUR LES CENDRES DU VIEUX MONDE     de Laurent Hasse –  2002

Hayange, la vallée de la Fensch en Lorraine, “berceau et fleuron de la sidérurgie française”… Les usines, poumons économiques de la région, qui en avaient façonné le paysage sont aujourd’hui détruites à 95 % et la population touchée de plein fouet par la crise. Attirés par les primes et les exonérations de charges, des entreprises de pointe s’y installent pour quelques années avant de délocaliser vers d’autres eldorados à la main d’oeuvre bon marché. Qu’importe alors les chômeurs, les angoisses, et les vies brisées…

 LE TEMPS DE L’URGENCE    de Christian Tran –  2006

Si le droit à la santé n’est plus respecté, si les élus sont impuissants à modifier les décisions technocratiques, si les syndicats et les comités de citoyens ne peuvent faire reculer «la machine libérale», que faire ? À partir du cas concret de l’hôpital d’une petite ville, voué à la disparition, ce film saisit le moment indécis où la démocratie est mise en péril par l’aveuglement des puissants. Il y est aussi question de l’intelligence et de l’infatigable énergie de «ceux d’en bas» qui ne s’avouent jamais vaincus et qui sont un immense espoir.

 TERRE NOURRICIÈRE    de Jean-François Vallée – 2003

L’agriculture industrielle est dans une impasse : toujours plus de fertilisant, de pesticide, de consommation d’énergie et toujours moins de biodiversité. Pourtant des alternatives sont à l’étude, notamment aux Etats-Unis et en France : prairie naturelle, agriculture sans labour, machines vivantes pour dépolluer. L’homme pourra-t-il un jour produire sa nourriture sans détruire son environnement ?

TERRE VIVANTE    de Jean-François Vallée –  2005

La Planète a mis 500 millions d’années pour transformer le carbone en pétrole. Nous le dévorons en un siècle. Aujourd’hui, on redécouvre l’intelligence productrice des systèmes vivants. Des agriculteurs mettent leur charrue à la casse, arrêtent de labourer, pour laisser revivre une terre qui travaille presque toute seule, sans s’épuiser ni polluer, favorisant la santé écologique locale tout en donnant d’abondantes et saines moissons. C’est l’histoire d’une révolution.

300 JOURS DE COLÈRE    de Marcel Trillat –  2002

2001-2002, durant 10 mois, les 123 ouvriers de l’usine de filature Mossley près de Lille luttent pour l’obtention d’un plan social digne de ce nom. Seule arme des salariés : un trésor de guerre de 700 tonnes de fil d’une valeur de 20 millions de francs qu’ils menacent de détruire à la moindre alerte. Une émouvante plongée dans le monde ouvrier et ses techniques de lutte doublée d’une enquête sur une affaire de délocalisation pas très nette.

 TOUS COMPTES FAITS    d’Agnès Denis – 2008

Les grandes surfaces ont pris une place incontournable dans notre quotidien, mais nous sommes nombreux à ignorer le rôle de la grande distribution dans l’évolution économique et sociale du pays. La disparition du commerce de proximité et de l’artisanat, celle des petits exploitants au profit d’une agriculture productiviste, les fermetures d’usine et leur délocalisation, le chômage qui en découle et son coût pour la société, la désertification des campagnes, les coûts énergétiques et environnementaux, la consommation standardisée imposée à tous, autant de choix culturels qui nous échappent…

 TURBULENCES     de Carole Poliquin 1997

Pourquoi les riches deviennent-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ? La réalisatrice a rencontré au Canada des ouvriers ayant perdu leur emploi à cause de la sous-traitance, des enseignants en lutte, des marchands de poisson au Sénégal, des ouvrières à Bangkok, des personnes endettées à Mexico, des familles sans logis à Paris… Elle a aussi interrogé des banquiers,des gestionnaires de fonds, des spéculateurs.

UN SIÈCLE DE PROGRÈS SANS MERCI     de Jean Druon – 2001

En proposant une lecture simultanée de l’histoire sociale et politique et de l’histoire des sciences au cours du XXe siècle, cet essai politique et historique examine les mécanismes souterrains qui fondent l’histoire. Il s’attache à montrer le rôle joué par le progrès des connaissances dans l’évolution des luttes pour la domination. Chaque partie du film est autonome, bien que complémentaire, et offre une traversée chronologique du siècle.

 AU PAYS DU NUCLEAIRE    d’Esther Hoffenberg – 2009  

France, Normandie : la région la plus nucléarisée de la planète. Avec humour et sérieux, Esther Hoffenberg voyage dans les méandres d’un secret bien gardé : le nucléaire et le retraitement de ses déchets. En interrogeant à la fois les habitants et les représentants politiques, associatifs et industriels, la réalisatrice dévoile les nombreux aspects d’une réalité angoissante, aussi invisible qu’irréversible. Que signifie vivre avec le nucléaire ? Nous voici au coeur d’une des préoccupations écologiques et politiques majeures de ce millénaire, en France comme ailleurs.

 DÉCHETS, LE CAUCHEMAR DU NUCLÉAIRE     d’Éric Guéret – 2009  

Les déchets sont le point faible du nucléaire, son talon d’Achille, son pire cauchemar. Les populations en ont peur, les scientifiques ne trouvent pas de solution acceptable, les industriels tentent de nous rassurer et les politiques évitent le sujet. Mais, qu’en connaissons-nous exactement ? – Comment les populations peuvent-elles avoir une vision claire d’un domaine couvert depuis toujours par le secret ? France, Allemagne, Grande-Bretagne, États-Unis, Russie : cette enquête internationale scientifique et politique aborde le sujet tabou du nucléaire par sa zone la plus sombre. En partant à la quête de « la vérité sur les déchets », ce film a l’ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre des choix qui pèsent lourd dans l’avenir de l’humanité.

 NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONS    de Jean-Paul Jaud  2008

La courageuse initiative d’une municipalité du Gard, Barjac, qui décide d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village. Le réalisateur brosse un portrait sans concession sur la tragédie environnementale qui guette la jeune génération : l’empoisonnement de nos campagnes par la chimie agricole (76 000 tonnes de pesticides déversées chaque année sur notre pays) et les dégâts occasionnés sur la santé publique. Un seul mot d’ordre : Ne pas seulement constater les ravages, mais trouver tout de suite les moyens d’agir, pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas.

 


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :