Elections législatives dans la 9° circonscription: L’ultime débat.

Le très suivi «blog des deux clochers» vient de publier deux interviews des deux candidats en lice dans la 9° circonscription : MM Vincent Meyer (EELV-majorité présidentielle) et Bernard Perrut (UMP et formations du centre).

Nous vous recommandons la lecture de ces deux textes.

Notre vote, comme nous l’avons déjà clairement exprimé, ira à Vincent Meyer. Il a été comme Alain de Romefort et Sylvie Goutte-Nesme candidat écologiste aux cantonales de 2011. Nous publions donc son interview qui correspond à la vision du «Citoyen Beaujolais»

Néanmoins  lorsqu’on est un authentique démocrate, il convient également de prendre connaissance des positions du représentant de la formation concurrente. Les réponses de Bernard Perrut , qui est un responsable politique respectable, méritent, elles aussi, d’être lues avec attention. Nous vous invitons donc vivement à en prendre connaissance sur le site de notre confrère «le blog des deux clochers» .

 

L’interview de Vincent Meyer, candidat EELV-PS à la députation dans le 9°Circonscription du Rhône par le blog des deux clochers

 

1)                Comment voyez-vous l’avenir de la viticulture beaujolaise et que préconisez-vous pour son développement ?

La production viticole française se situe au premier rang mondial, sa valeur atteint 8 à 9 milliards d’euros soit 15 % de la valeur totale de la production agricole nationale. La filière compte plus de 250 000 emplois à temps plein et dégage le premier solde positif de la balance commerciale agroalimentaire avec 5 milliards d’euros en 2005

La volonté de la droite d’appliquer des recettes libérales à cette filière en crise s’est traduite par l’affaiblissement de la concertation avec les organisations professionnelles, des mécanismes de régulation des marchés, de la promotion des produits

La viticulture en Beaujolais est un champ de ruine.  Les difficultés deviennent structurelles, et mettent en cause la survie même de nombreuses exploitations Entre 2004 et 2009, en Beaujolais, il y a eu une baisse 1 000 exploitations soit- 30% !!! Le revenu réel moyen a reculé de 41%. La surface des vignes revendiquées en AOC beaujolaises a baissé 16%. Quel bilan!!

Au plan social, le bilan est tout aussi catastrophique. Le 8 décembre 2009, le député sortant a pourtant voté contre une Proposition de loi sur le droit au revenu des agriculteurs et le 26 janvier 2010, il a voté contre une Proposition de loi relative à l’extension du régime de retraite complémentaire obligatoire aux conjoints et aides familiaux de l’agriculture. Cela fait désordre pour un député qui se veut le défenseur des agriculteurs. Bien sûr, ces propositions venaient de la gauche !

Mais une autre proposition de loi portée par le Nouveau Centre (dans la majorité à laquelle participe Mr Perrut) visait à amorcer un transfert du financement de la protection sociale agricole d’une assiette pesant sur le coût du travail à une assiette fiscale basée sur la consommation. Le dispositif réduirait mécaniquement l’injustice à laquelle sont confrontés nos viticulteurs, participerait à une reconquête des marchés et ferait bénéficier les salariés agricoles d’une sécurisation de leur protection sociale. Le 3 mai 2011. Le député sortant a voté contre !

Il faut nous prendre des mesures fortes afin d’adapter au monde agricole et viticole les mesures existantes concernant la lutte contre le surendettement. Il est capital d’empêcher le glissement insidieux vers des situations de grande précarité matérielle et psychologique, causes entre autres d’un taux de suicides bien plus élevé que dans des secteurs économiques où la souffrance au travail est pourtant très forte.

La viticulture est un atout essentiel pour la France, elle fait partie intégrante de notre patrimoine national. Que faire ?

Nous voulons que la refonte de la PAC aboutisse à une redistribution plus équitable des aides et un abaissement de leur plafond, une réévaluation de l’aide aux petites exploitations, une conditionnalité de l’accès aux aides publiques (impact environnemental, rejet de CO2, création d’emploi)

Nous lancerons un débat national sur l’agriculture, la pêche et l’alimentation dès 2012 en vue d’une loi d’orientation agricole débattue au Parlement en 2013 :

  • réforme des soutiens publics en faveur de l’emploi et de l’environnement,
  • aide à l’installation agricole, refonte de la gestion foncière,
  • relocalisation de l’agriculture favorisant les productions de proximité en lien avec les collectivités locales,
  • soutien à l’agriculture paysanne et biologique pour atteindre les 20% de la SAU en bio

Le Beaujolais, vignoble traditionnel de petites exploitations, est particulièrement touché par la libéralisation du marché du vin qui le met en concurrence avec des exploitations industrielles de très grandes surfaces des pays du nouveau monde. Nous voulons inverser la tendance …

1-en renforçant la viticulture biologique et les autres modes de viticulture durables respectueux de l’environnement.

2-en réorganisant les filières de distribution pour répartir équitablement les profits et garantir la juste rémunération des producteurs

3-en réorientant les aides de la PAC : conservation et indexation de l’enveloppe sur l’inflation, passage à des aides aux actifs avec conditionnalité renforcée

4-en conservant des outils interprofessionnels de régulation et notamment les droits de plantation

5-en mettant en œuvre un volet social pour parer aux conséquences de la crise – préretraites pour permettre aux viticulteurs, qui souhaitent cesser leur activité de continuer à vivre dignement, mesures d’allègement des charges pour les viticulteurs en situation difficile et qui veulent poursuivre leur activité.

La Commission Européenne souhaite déréguler les droits de plantation de la vigne en Europe. Or, ces droits, octroyés par les états membres, permettent de maîtriser les volumes sur le marché et donc de maintenir les prix. Nous nous opposerons fermement à une libéralisation qui permettrait à de gros investisseurs de planter des milliers d’ha de vigne et de faire mourir les petits vignerons. Mourir littéralement. Nous savons que ce n’est pas un vain mot. Rien d’efficace n’a été fait en 5 ans pour orienter dans un autre sens la Commission Européenne.

Nous favoriserons une agriculture de proximité, soucieuse de l’environnement, minimisant le recours aux pesticides. En même temps, sur la base d’une qualité croissante, nous encouragerons les initiatives et la créativité pour développer les marchés à l’exportation, notamment sur des niches commerciales.

 

2)                Comment analysez-vous la transformation du monde rural avec l’arrivée de nombreux nouveaux habitants venus de la ville et que préconisez-vous pour assurer la bonne maîtrise de cette transformation majeure ?

L’arrivée de ces nouveaux habitants est une chance et un défi. Elle enrichit la vie sociale, elle permet d’éviter des fermetures de classes. Le beaujolais étant très accueillant, l’intégration se passe plutôt bien.

 

L’une des principales difficultés rencontrées par les nouveaux arrivants, comme d’ailleurs par nombre d’habitants plus anciennement implantés est la mauvaise qualité des transports ferroviaires et le coût croissant de l’usage de l’automobile. L’argent public doit être mis sur l’amélioration des transports en communs, les alternatives durables (covoiturage par exemple) plutôt que sur des investissements lourds comme le doublement du TGV nord sud.

 

Comme cela avait été préconisé par EELV lors des cantonales, il faudrait limiter la fréquence des longs trajets domicile-travail en installant dans nos campagnes des maisons du travail numérique. Les nombreux salariés travaillant aujourd’hui devant un poste d’ordinateur pourraient le faire près de chez eux. Ils récupéreraient ainsi un temps appréciable pour leur vie sociale et leur vie personnelle, de l’ordre de quelques heures pour beaucoup d’entre eux.

 

Consommer local est également de nature à resserrer les liens entre anciens et nouveaux habitants. Faciliter l’écoulement local des produits du terroir par des circuits courts, AMAP ou directement du producteur au consommateur, promouvoir les produits par les habitants (tous ambassadeurs du Beaujolais !).

 

Enfin une vie associative, sportive et culturelle locale riche et variée, avec un maillage et une solidarité entre commune est un bon facteur d’intégration. Le député veillera à faciliter les initiatives.

 

 

3)      Le Beaujolais est riche de beaux paysages et sa position géographique auprès de grands axes l’avantage en matière touristique : que préconisez vous pour protéger et valoriser ce patrimoine et en rendre le territoire encore plus attractif ?

Il faut préserver l’espace rural, le cadre de vie, les paysages et le potentiel touristique. Les projets d’infrastructures lourdes -autoroute ou TGV- prévus pour traverser le Beaujolais, sans bénéfice pour les populations locales, devront être totalement reconsidérés dans le respect des terroirs et des aspirations des populations concernées.

Un éventuel projet de parc Régional du Beaujolais pourra être étudié en prenant garde, bien sûr, de ne pas accroître les contraintes sur les agriculteurs et résidents. Rien ne doit être entrepris sur ces projets sans concertation avec la coordination des associations du Beaujolais.

Le développement du tourisme vert et œnologique est un atout à valoriser. L’attractivité du territoire doit être renforcée par une infrastructure d’accueil adaptée (hôtels, gite, chambres d’hôtes), une communication volontariste et une sensibilisation à l’accueil notamment des étrangers.

La préservation de la biodiversité et la protection du patrimoine génétique doivent être intégrés localement dans une vision globale nationale. Les OGM ne doivent pas sortir en plein air.

 

 

4)      Le monde rural est confronté à l’apparition de déserts médicaux, à la difficulté de traiter les maladies chroniques et au vieillissement d’une partie de sa population : que préconisez-vous en matière de prévention et d’égalité d’accès aux soins ?

Il faut travailler au maintien et à la réimplantation des services en milieu rural. C’est ce sur quoi la ministre de l’égalité des territoires et du logement a commencé à travailler. Ecoles, bureaux de poste, accès aux soins et autres services. Dommage que le député sortant ait voté, le 29 mars 2011,  contre une proposition de loi qui allait dans ce sens … mais défendue par le PS !

Concernant la santé, il est primordial de garantir un temps d’accès minimum aux services médicaux : médecine générale, maternité, urgences.  La fermeture d’établissements hospitaliers sur notre territoire plutôt que leur reconversion ou spécialisation est un scandale.

Un des grands enjeux à venir des politiques de santé est l’instauration d’une démocratie sanitaire permettant aux usagers du système de santé (les malades actuels et futurs et leurs proches, c’est-à-dire nous tous) et à leurs partenaires de prendre en charge les questions de santé, d’être moteurs notamment dans les politiques locales de santé encore balbutiantes et qui commandent pourtant le succès des politiques de prévention (alimentation, santé-environnement), d’éducation thérapeutique de respect des droits des patients et de promotion de la bien-traitance.

Une menace croissante pèse sur notre santé : développement exponentiel du cancer (y compris du cancer des enfants), de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson, de la sclérose en plaques, des maladies respiratoires, des allergies… Ce n’est pas la faute à pas de chance, c’est le résultat du changement radical de notre environnement en 50 ans : pollutions, qualité de l’eau et de l’air, alimentation industrielle, montée du stress et des angoisses, dégradation de la qualité de vie… La course au scanner, la médicalisation à outrance, l’augmentation des dépenses de santé et le trou de la sécu… croyez vous que ce soit la bonne direction ? Non, nous n’accordons pas assez d’attention et de moyens en amont, et notamment à la prévention…

Il convient de tout faire pour que notre eau soit sans danger pour la santé, réduire -de façon concertée- l’usage des pesticides, traquer les pollutions industrielles (résidus de plomb, organochlorés) et technologiques (intensité et localisation des antennes relais), éduquer très tôt à la responsabilité sur sa propre santé, encourager une alimentation saine (et bio dans les restaurations collectives).

Enfin, il faut améliorer la prise en charge de la dépendance, en créant une branche spécifique dans notre dispositif social. Le choix doit être possible entre l’EHPAD et le maintien à domicile. Cela suppose un statut pour les aidants : reconnaissance, soutien financier et humain, formation.

En tant que député j’userai de tout mon influence localement et à l’Assemblée pour avancer dans ce sens. Rapidement.

 

5)      Partagez vous le point de vue selon lequel les blogs citoyens locaux peuvent contribuer à rendre l’action publique plus transparente, à faciliter la compréhension des changements et à améliorer la sincérité et la qualité du débat public ?

Oui. Il y aurait d’ailleurs, également, tout intérêt à développer des outils interactifs pour permettre un travail collaboratif sur des dossiers locaux.

 

En conclusion

Le programme PS-EELV ( http://tinyurl.com/PS-EELV ), véritable feuille de route de la mandature, comprend un grand nombre de mesures qui devraient également avoir un impact positif sur la situation économique, sociale et humaine en Beaujolais.

Vincent Meyer

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :